Blog - Vayrana Inf'Eau

Nombre de membres 11 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer Loi et Texte officiels

Déplier Fermer Intercommunalité

Déplier Fermer Brèves d'eau

Déplier Fermer Enquêtes

Déplier Fermer La bande à bonne'eau

Déplier Fermer CACE

Déplier Fermer Trucs & Astuces Eau

Déplier Fermer Vayrana Inf'Eau

Déplier Fermer Ech'eau d'ailleurs

Derniers billets
Archives
08-2019 Septembre 2019
L M M J V S D
            01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            
Vayrana Inf'Eau

PIQUE NIQUE le 15 juin 2013 06/13  -  par Maurice

24 juin 2013

PIQUE NIQUE le 15 juin 2013

0624_01_m.jpg 

Samedi 15 juin, une vingtaine de personnes a répondu présente  à l’invitation de Vayrana pour découvrir les captages et réservoirs permettant l’alimentation en eau potable des communes de Véranne, Maclas et Lupé.

Nous remercions chaleureusement Jean Didier COURBIERE et Florent LAVASTRE, agents de la SDEI qui   nous ont ouvert les portes des diverses installations et nous ont éclairés sur le dispositif complexe mis en œuvre pour nous permettre de recevoir, d’un geste simple, l’eau potable dans nos foyers.

La visite s'est faite dans le sens de l'écoulement naturel de l'eau, des sources aux réservoirs en cascade. Les sources alimentent Véranne et il n'est fait recours aux eaux du Rhône qu'en cas de manque et cela concerne surtout Maclas et Lupé.

Ce sont essentiellement des eaux de surface, circulant dans un massif granitique où les roches sont travaillées durant l'hiver. C'est une eau acide, très peu minéralisée.

Au lieu-dit Maisonneuve, la chambre de réunion reçoit les eaux de source de  10 points de captages. Ceux-ci sont  répartis sur 3 zones clôturées (d’environ 1000M2) appelées périmètre de protection immédiate. Seuls les agents de la SDEI y ont accès. pour nettoyage mensuel et visites de surveillance. Des paniers de dégrillage permettent de retenir les " flottants ", insectes ou aiguilles de pin qui pourraient se trouver dans l'eau.  

Les bacs sont surveillés chaque semaine à l'aide d'une télésurveillance, et nettoyés toutes les trois semaines environ. Chacun est muni d’une bonde de trop plein.

Le périmètre de protection rapprochée interdit sur plusieurs hectares toute activité polluante

Le périmètre de protection éloignée (sur environ 2 km) permet de préserver  la zone d’alimentation des captages.

En bas de Cubusson nous passons devant le local où s’effectue la stérilisation de l’eau par injection de chlore gazeux (gaz mortel) suivant un dosage précis.

Au lieu dit le Tout, nous visitons le récent réservoir où l’eau potable est stockée dans 2 cuves cylindriques de 200 m3 chacune. Les équipements sont doublés pour faciliter la maintenance et permettre une alimentation continue. Les cuves sont arrondies pour permettre à l'eau de tourner naturellement et aux bactéries de ne pas s'accrocher. L'oxygénation se fait par le haut.

Un réseau complexe  de vannes, pompes, conduites, permet d’équilibrer les niveaux des cuves en fonction de la consommation, d’assurer la circulation permanente de l’eau, de rejeter le trop plein, sous l’œil vigilant d’un tableau électronique qui transmet toutes les mesures au poste de télésurveillance. Cette télésurveillance omniprésente sur tout le réseau permet aux agents d’intervenir à la moindre anomalie.

Au lieu dit Paradis, le stockage de l’eau potable se répartit dans 3 cuves d’une capacité totale de 1500M3. À l’eau de  source  provenant  du réservoir du Tout  s’ajoute  l’eau du Rhône nécessaire à  la consommation des communes de  Maclas et Lupé.

Quelques précisions : la SDEI est en charge de la maintenance du réseau. Le contrat va jusqu'en 2019, mais les compétences sont passées du Syndicat de l'Oronge, dissout, à la communauté de commune.

Le réseau bien entretenu enregistre une perte de seulement 25% de l’eau captée.

Les conduits des captages  sont en grès pour résister à l’agressivité de l’eau du Pilat.

La fonte et le PEHD (polyéthylène haute densité) sont les matériaux utilisés pour les tuyaux du réseau de distribution.

Gaëlle TERRAT, technicienne de l’eau à la Communauté de Communauté de Communes du Pilat Rhodanien et présente à nos côtés, nous précise que la durée d’une canalisation est évaluée à 60 ans (nous sommes au-delà de 100 ans) et qu’un projet de reminéralisation  de l’eau est en cours car  le PH trop bas (eau trop acide) ne correspond pas aux normes européennes.

On vous fait grâce de nos libations post pique-nique (nous n’allons quand même pas vous faire envie en vous parlant des petites fioles de Verveine et de Poire distribuées cérémonieusement par Bernard dans un petit récipient de buis ou de la cueillette par poignées de délicieuses girolles).

Dans l’après-midi, nous avons effectué  une petite marche agrémentée des précieuses explications distillées par Martine sur la signification des lieux-dits (le Fayon, Paradis, les Chardonnes, etc……….).

Bien sûr les caprices du ciel ont écourté cette déambulation, mais que serait l’association Vayrana sans eau ?????????? 

24 juin 2013

PIQUE NIQUE le 15 juin 2013

0624_01_m.jpg 

Samedi 15 juin, une vingtaine de personnes a répondu présente  à l’invitation de Vayrana pour découvrir les captages et réservoirs permettant l’alimentation en eau potable des communes de Véranne, Maclas et Lupé.

Nous remercions chaleureusement Jean Didier COURBIERE et Florent LAVASTRE, agents de la SDEI qui   nous ont ouvert les portes des diverses installations et nous ont éclairés sur le dispositif complexe mis en œuvre pour nous permettre de recevoir, d’un geste simple, l’eau potable dans nos foyers.

La visite s'est faite dans le sens de l'écoulement naturel de l'eau, des sources aux réservoirs en cascade. Les sources alimentent Véranne et il n'est fait recours aux eaux du Rhône qu'en cas de manque et cela concerne surtout Maclas et Lupé.

Ce sont essentiellement des eaux de surface, circulant dans un massif granitique où les roches sont travaillées durant l'hiver. C'est une eau acide, très peu minéralisée.

Au lieu-dit Maisonneuve, la chambre de réunion reçoit les eaux de source de  10 points de captages. Ceux-ci sont  répartis sur 3 zones clôturées (d’environ 1000M2) appelées périmètre de protection immédiate. Seuls les agents de la SDEI y ont accès. pour nettoyage mensuel et visites de surveillance. Des paniers de dégrillage permettent de retenir les " flottants ", insectes ou aiguilles de pin qui pourraient se trouver dans l'eau.  

Les bacs sont surveillés chaque semaine à l'aide d'une télésurveillance, et nettoyés toutes les trois semaines environ. Chacun est muni d’une bonde de trop plein.

Le périmètre de protection rapprochée interdit sur plusieurs hectares toute activité polluante

Le périmètre de protection éloignée (sur environ 2 km) permet de préserver  la zone d’alimentation des captages.

En bas de Cubusson nous passons devant le local où s’effectue la stérilisation de l’eau par injection de chlore gazeux (gaz mortel) suivant un dosage précis.

Au lieu dit le Tout, nous visitons le récent réservoir où l’eau potable est stockée dans 2 cuves cylindriques de 200 m3 chacune. Les équipements sont doublés pour faciliter la maintenance et permettre une alimentation continue. Les cuves sont arrondies pour permettre à l'eau de tourner naturellement et aux bactéries de ne pas s'accrocher. L'oxygénation se fait par le haut.

Un réseau complexe  de vannes, pompes, conduites, permet d’équilibrer les niveaux des cuves en fonction de la consommation, d’assurer la circulation permanente de l’eau, de rejeter le trop plein, sous l’œil vigilant d’un tableau électronique qui transmet toutes les mesures au poste de télésurveillance. Cette télésurveillance omniprésente sur tout le réseau permet aux agents d’intervenir à la moindre anomalie.

Au lieu dit Paradis, le stockage de l’eau potable se répartit dans 3 cuves d’une capacité totale de 1500M3. À l’eau de  source  provenant  du réservoir du Tout  s’ajoute  l’eau du Rhône nécessaire à  la consommation des communes de  Maclas et Lupé.

Quelques précisions : la SDEI est en charge de la maintenance du réseau. Le contrat va jusqu'en 2019, mais les compétences sont passées du Syndicat de l'Oronge, dissout, à la communauté de commune.

Le réseau bien entretenu enregistre une perte de seulement 25% de l’eau captée.

Les conduits des captages  sont en grès pour résister à l’agressivité de l’eau du Pilat.

La fonte et le PEHD (polyéthylène haute densité) sont les matériaux utilisés pour les tuyaux du réseau de distribution.

Gaëlle TERRAT, technicienne de l’eau à la Communauté de Communauté de Communes du Pilat Rhodanien et présente à nos côtés, nous précise que la durée d’une canalisation est évaluée à 60 ans (nous sommes au-delà de 100 ans) et qu’un projet de reminéralisation  de l’eau est en cours car  le PH trop bas (eau trop acide) ne correspond pas aux normes européennes.

On vous fait grâce de nos libations post pique-nique (nous n’allons quand même pas vous faire envie en vous parlant des petites fioles de Verveine et de Poire distribuées cérémonieusement par Bernard dans un petit récipient de buis ou de la cueillette par poignées de délicieuses girolles).

Dans l’après-midi, nous avons effectué  une petite marche agrémentée des précieuses explications distillées par Martine sur la signification des lieux-dits (le Fayon, Paradis, les Chardonnes, etc……….).

Bien sûr les caprices du ciel ont écourté cette déambulation, mais que serait l’association Vayrana sans eau ?????????? 

Fermer Fermer

Publié le 26/04/2016 09:41   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  502252 visiteurs
  13 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 11 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
10 Abonnés