Blog - Brèves d'eau

Nombre de membres 11 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer Loi et Texte officiels

Déplier Fermer Intercommunalité

Déplier Fermer Brèves d'eau

Déplier Fermer Enquêtes

Déplier Fermer La bande à bonne'eau

Déplier Fermer CACE

Déplier Fermer Trucs & Astuces Eau

Déplier Fermer Vayrana Inf'Eau

Déplier Fermer Ech'eau d'ailleurs

Derniers billets
Archives
06-2019 Juillet 2019
L M M J V S D
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Brèves d'eau

Agur (Aquitaine gestion urbaine et rurale) choisie à Saintes 12/12  -  par Maurice

22 décembre  2012

Agur (Aquitaine gestion urbaine et rurale) choisie à Saintes

Cette société, dont le siège social est au Pays Basque, à Bayonne, remplacera à partir de 2014 Veolia qui a été choisi pour s'occuper de l'assainissement.

1222-02_m.jpg

Les partisans de la régie municipale, dont l'ancien maire-adjoint Christian Couillaud, se sont à nouveau invités au conseil municipal, hier soir, pour faire entendre leur désaccord.

C'est fait. Le nom du délégataire retenu dans le cadre d'une régie intéressée pour gérer le marché de la distribution de l'eau à Saintes, à partir de 2014, a été dévoilé hier soir en Conseil municipal. Ou plutôt faut-il parler des délégataires. Parce que les élus ont décidé de couper la poire en deux. La partie distribution d'eau pour Agur (Aquitaine gestion urbaine et rurale), qui succédera pour dix ans à Veolia choisi, de son côté, pour gérer la partie assainissement.

Les quatre élus communistes et les deux élus écologistes du conseil municipal n'ont pas pris part au vote. « Nous avions fait le choix d'une régie municipale. Aujourd'hui, je crois que tout a déjà été dit. Ce sera donc pour nous un refus de vote », est intervenue Michelle Carmouse, élue communiste.

Même refus de vote chez les Verts qui, eux aussi, s'étaient exprimés en faveur d'une régie municipale lors du Conseil municipal du 13 février 2012. Au sein de la majorité, deux élus socialistes, Jean-Louis Peton et Claude Rivaud, se sont abstenus. Tout comme Bruno Drapron, Jean-Pierre Roudier, Annie Tendron et Évelyne Parisi du côté de l'opposition. L'UMP Frédéric Neveu, directeur de projets chez Veolia, ne prenant logiquement pas part au vote.

Dans la salle, les opposants à toute forme de délégation publique du marché de l'eau se sont à nouveau manifestés en brandissant sur des pancartes leur désaccord. Parmi eux Christian Couillaud, l'ancien adjoint (Europe Écologie-Les Verts) au maire qui, après les joutes oratoires avec le maire PS Jean Rouger sur ce dossier, avait donné sa démission.

Avant le vote, l'adjoint (PS ) au maire, chargé de la politique de l'eau, Frédéric Mahaud, avait confié que quatre offres étaient arrivées à la mairie de Saintes : la Lyonnaise des eaux, la Saur, Veolia et Agur. « Tout s'est déroulé dans un cadre strictement réglementaire », précise l'élu.

Propositions intéressantes

Ce sont les positions financières plus intéressantes d'Agur qui ont fait, semble-t-il, la différence. Certains, qui ont eu accès aux chiffres, comme l'élu du Modem Jean-Philippe Ardouin, se demandant même comment un tel écart pouvait être aussi important avec ses concurrents. Et de poser la question sur les expériences de cette entreprise auprès de collectivités de même taille que Saintes et sur la fiabilité et la qualité de son service.

« Agur est une société familiale présente dans près de 150 collectivités, rurales et urbaines. De la taille de Saintes, on peut citer sa présence à Jarnac ou sur l'aire urbaine de Bidart, a répondu Frédéric Mahaud. C'est une entreprise qui a des compétences et qui devra en acquérir dans les mois qui viennent. Pour elle, c'est un enjeu. »

L'élu écologiste Jacques Boisset reconnaît même du « panache à cette jeune PME qui entend jouer dans la cour des grands avec des propositions spectaculaires. » D'après une source proche du dossier, elle devrait proposer un prix de l'eau à la baisse. À voir. Agur est une filiale du groupe Etchart qui compte aujourd'hui 630 salariés avec 15 PME réparties en Poitou-Charentes, Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, couvrant ainsi tous les métiers du cycle de l'eau.

Membre de la fédération des distributeurs d'eau indépendants, cette société a une trentaine d'années d'expérience. Pour le maire Jean Rouger, la collectivité a choisi par cette résolution « les gens les mieux placés pour gérer la distribution d'eau. » Pour ce qui est du passage en régie municipale, il faudra attendre encore un peu. Au moins dix ans.

22 décembre  2012

Agur (Aquitaine gestion urbaine et rurale) choisie à Saintes

Cette société, dont le siège social est au Pays Basque, à Bayonne, remplacera à partir de 2014 Veolia qui a été choisi pour s'occuper de l'assainissement.

1222-02_m.jpg

Les partisans de la régie municipale, dont l'ancien maire-adjoint Christian Couillaud, se sont à nouveau invités au conseil municipal, hier soir, pour faire entendre leur désaccord.

C'est fait. Le nom du délégataire retenu dans le cadre d'une régie intéressée pour gérer le marché de la distribution de l'eau à Saintes, à partir de 2014, a été dévoilé hier soir en Conseil municipal. Ou plutôt faut-il parler des délégataires. Parce que les élus ont décidé de couper la poire en deux. La partie distribution d'eau pour Agur (Aquitaine gestion urbaine et rurale), qui succédera pour dix ans à Veolia choisi, de son côté, pour gérer la partie assainissement.

Les quatre élus communistes et les deux élus écologistes du conseil municipal n'ont pas pris part au vote. « Nous avions fait le choix d'une régie municipale. Aujourd'hui, je crois que tout a déjà été dit. Ce sera donc pour nous un refus de vote », est intervenue Michelle Carmouse, élue communiste.

Même refus de vote chez les Verts qui, eux aussi, s'étaient exprimés en faveur d'une régie municipale lors du Conseil municipal du 13 février 2012. Au sein de la majorité, deux élus socialistes, Jean-Louis Peton et Claude Rivaud, se sont abstenus. Tout comme Bruno Drapron, Jean-Pierre Roudier, Annie Tendron et Évelyne Parisi du côté de l'opposition. L'UMP Frédéric Neveu, directeur de projets chez Veolia, ne prenant logiquement pas part au vote.

Dans la salle, les opposants à toute forme de délégation publique du marché de l'eau se sont à nouveau manifestés en brandissant sur des pancartes leur désaccord. Parmi eux Christian Couillaud, l'ancien adjoint (Europe Écologie-Les Verts) au maire qui, après les joutes oratoires avec le maire PS Jean Rouger sur ce dossier, avait donné sa démission.

Avant le vote, l'adjoint (PS ) au maire, chargé de la politique de l'eau, Frédéric Mahaud, avait confié que quatre offres étaient arrivées à la mairie de Saintes : la Lyonnaise des eaux, la Saur, Veolia et Agur. « Tout s'est déroulé dans un cadre strictement réglementaire », précise l'élu.

Propositions intéressantes

Ce sont les positions financières plus intéressantes d'Agur qui ont fait, semble-t-il, la différence. Certains, qui ont eu accès aux chiffres, comme l'élu du Modem Jean-Philippe Ardouin, se demandant même comment un tel écart pouvait être aussi important avec ses concurrents. Et de poser la question sur les expériences de cette entreprise auprès de collectivités de même taille que Saintes et sur la fiabilité et la qualité de son service.

« Agur est une société familiale présente dans près de 150 collectivités, rurales et urbaines. De la taille de Saintes, on peut citer sa présence à Jarnac ou sur l'aire urbaine de Bidart, a répondu Frédéric Mahaud. C'est une entreprise qui a des compétences et qui devra en acquérir dans les mois qui viennent. Pour elle, c'est un enjeu. »

L'élu écologiste Jacques Boisset reconnaît même du « panache à cette jeune PME qui entend jouer dans la cour des grands avec des propositions spectaculaires. » D'après une source proche du dossier, elle devrait proposer un prix de l'eau à la baisse. À voir. Agur est une filiale du groupe Etchart qui compte aujourd'hui 630 salariés avec 15 PME réparties en Poitou-Charentes, Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, couvrant ainsi tous les métiers du cycle de l'eau.

Membre de la fédération des distributeurs d'eau indépendants, cette société a une trentaine d'années d'expérience. Pour le maire Jean Rouger, la collectivité a choisi par cette résolution « les gens les mieux placés pour gérer la distribution d'eau. » Pour ce qui est du passage en régie municipale, il faudra attendre encore un peu. Au moins dix ans.

Fermer Fermer

Publié le 18/04/2016 06:50   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  468862 visiteurs
  10 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 11 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
10 Abonnés