Quand tu bois de l'eau, pense à la source !   Vayrana - proverbe oriental

  

"L'eau renversée est difficile à rattraper"   Proverbe chinois

  

"La force de l'eau vient de la source"   Proverbe persan

  

Chacun dirige l'eau vers son moulin"   Proverbe corse

  

"A l'échelle cosmique, l'eau liquide est plus rare que l'or"   Hubert Reeves (astrophysicien)

  

"En buvant l'eau du puits, n'oubliez pas ceux qui l'ont creusé"   Proverbe chinois

  

"Quand on tombe dans l'eau, la pluie ne fait plus peur"   Proverbe russe

  

"Nous ne connaissons la valeur de l'eau que lorsque le puits est à sec"   Proverbe anglais

  

"Il ne faut jamais dire "fontaine, je ne boirais pas de ton eau""   Proverbe français

  

Chacun tire l’eau vers son moulin et laisse à sec son voisin.   Proverbe Catalan

 
Blog - Brèves d'eau

Nombre de membres 9 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer Loi et Texte officiels

Déplier Fermer Intercommunalité

Déplier Fermer Brèves d'eau

Déplier Fermer Enquêtes

Déplier Fermer La bande à bonne'eau

Déplier Fermer CACE

Déplier Fermer Trucs & Astuces Eau

Déplier Fermer Vayrana Inf'Eau

Derniers billets
Archives
10-2018 Novembre 2018
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
Brèves d'eau

Question de remise en cause de la Loi sur l'Eau? ... 10/10  -  par Maurice

08 octobre 2010

Question de remise en cause de la Loi sur L'Eau?

 

1029-01_m.jpg

 Communiqué de presse

 Paris, le 08 Octobre 2010

Irrigation : FNE s’oppose la remise en cause de la loi sur l’eau

 

Le 28 août dernier, le Président de la République déclarait aux agriculteurs : « j’ai demandé un moratoire sur les obligations environnementales qui vous sont imposées ». Depuis, les attaques en règle contre la loi sur l’eau 2006 se multiplient. FNE s’inquiète d’une dérive possible. Notamment, les dernières demandes en date de l’APCA, organisme regroupant les chambres d’agriculture, sont inacceptables.

L’APCA refuse une gestion collective de la ressource en eau

L’APCA demande dans sa délibération du 21 septembre 2010 (votée à l’unanimité) des financements publics pour construire des retenues d’eau, mais refuse toute contrainte environnementale, alors que l’agriculture représente 80% de la consommation en période estivale et met à sec des dizaines de milliers de kilomètres de rivières, comme en Poitou Charentes. Elle refuse également toute planification de la gestion de l’eau, et souhaite donc un retour à la gestion par arrêtés sécheresse, politique inefficace qu’ont fustigé le Conseil d’Etat puis la Cour des comptes en 2010. Elle ajoute que soit elle obtient gain de cause, soit elle ne participera pas à la gestion collective de la ressource en eau. Pour FNE, l’évolution de l’agriculture vers des pratiques moins gourmandes en eau est une nécessité et la gestion collective et planifiée par volumes prélevables est un bon outil.

« Les retenues de substitution ont été présentées à la Commission Européenne comme un outil de gestion planifiée de la ressource en eau, ce qui a permis à la France de justifier d'importants financements publics. Si ces retenues ne sont plus associées à une gestion par volumes prélevables, comme le demande l’APCA, l’argument tombe et l’Europe pourrait bien considérer que ce financement génère une distorsion de concurrence », analyse Bernard Rousseau, Responsable des politiques de l’eau à France Nature Environnement.

La facture très lourde de l’agriculture productiviste

Cette facture envoyée aux contribuables s’ajoute au coût de traitement de l’eau potable qu’il faut débarrasser des nitrates et des pesticides, aux subventions par le biais de la Politique Agricole Commune, au coût de ramassage des algues vertes en Bretagne, aux écosystèmes dégradés, aux coûts pour la santé humaine d’une agriculture à base de pesticides, etc. La facture totale de l’agriculture productiviste est très élevée pour nos concitoyens.

Pour Jean Claude Bévillard, Responsable des politiques agricoles à France Nature Environnement,

 « Si les français peuvent comprendre qu’il faut aider le secteur financièrement, ils ne sont certainement pas prêts à payer aussi cher pour des pratiques qui posent autant de problèmes aux niveaux environnemental et sanitaire. D’autant que des pratiques alternatives existent : de nombreux agriculteurs ont adopté des pratiques plus durables. »

FNE demande donc au gouvernement de ne pas céder aux injonctions du lobby de l’agriculture productiviste. Reculer sur la loi sur l’eau et notamment sur la gestion collective et planifiée de l’eau serait désastreux pour l’état de nos ressources et insupportable économiquement pour les français. Par ailleurs, si le secteur agricole est conforté dans des pratiques non durables, la France risque d’avoir à payer des pénalités financières à l’Europe pour non respect de la Directive Cadre sur l’eau.

08 octobre 2010

Question de remise en cause de la Loi sur L'Eau?

 

1029-01_m.jpg

 Communiqué de presse

 Paris, le 08 Octobre 2010

Irrigation : FNE s’oppose la remise en cause de la loi sur l’eau

 

Le 28 août dernier, le Président de la République déclarait aux agriculteurs : « j’ai demandé un moratoire sur les obligations environnementales qui vous sont imposées ». Depuis, les attaques en règle contre la loi sur l’eau 2006 se multiplient. FNE s’inquiète d’une dérive possible. Notamment, les dernières demandes en date de l’APCA, organisme regroupant les chambres d’agriculture, sont inacceptables.

L’APCA refuse une gestion collective de la ressource en eau

L’APCA demande dans sa délibération du 21 septembre 2010 (votée à l’unanimité) des financements publics pour construire des retenues d’eau, mais refuse toute contrainte environnementale, alors que l’agriculture représente 80% de la consommation en période estivale et met à sec des dizaines de milliers de kilomètres de rivières, comme en Poitou Charentes. Elle refuse également toute planification de la gestion de l’eau, et souhaite donc un retour à la gestion par arrêtés sécheresse, politique inefficace qu’ont fustigé le Conseil d’Etat puis la Cour des comptes en 2010. Elle ajoute que soit elle obtient gain de cause, soit elle ne participera pas à la gestion collective de la ressource en eau. Pour FNE, l’évolution de l’agriculture vers des pratiques moins gourmandes en eau est une nécessité et la gestion collective et planifiée par volumes prélevables est un bon outil.

« Les retenues de substitution ont été présentées à la Commission Européenne comme un outil de gestion planifiée de la ressource en eau, ce qui a permis à la France de justifier d'importants financements publics. Si ces retenues ne sont plus associées à une gestion par volumes prélevables, comme le demande l’APCA, l’argument tombe et l’Europe pourrait bien considérer que ce financement génère une distorsion de concurrence », analyse Bernard Rousseau, Responsable des politiques de l’eau à France Nature Environnement.

La facture très lourde de l’agriculture productiviste

Cette facture envoyée aux contribuables s’ajoute au coût de traitement de l’eau potable qu’il faut débarrasser des nitrates et des pesticides, aux subventions par le biais de la Politique Agricole Commune, au coût de ramassage des algues vertes en Bretagne, aux écosystèmes dégradés, aux coûts pour la santé humaine d’une agriculture à base de pesticides, etc. La facture totale de l’agriculture productiviste est très élevée pour nos concitoyens.

Pour Jean Claude Bévillard, Responsable des politiques agricoles à France Nature Environnement,

 « Si les français peuvent comprendre qu’il faut aider le secteur financièrement, ils ne sont certainement pas prêts à payer aussi cher pour des pratiques qui posent autant de problèmes aux niveaux environnemental et sanitaire. D’autant que des pratiques alternatives existent : de nombreux agriculteurs ont adopté des pratiques plus durables. »

FNE demande donc au gouvernement de ne pas céder aux injonctions du lobby de l’agriculture productiviste. Reculer sur la loi sur l’eau et notamment sur la gestion collective et planifiée de l’eau serait désastreux pour l’état de nos ressources et insupportable économiquement pour les français. Par ailleurs, si le secteur agricole est conforté dans des pratiques non durables, la France risque d’avoir à payer des pénalités financières à l’Europe pour non respect de la Directive Cadre sur l’eau.

Fermer Fermer

Publié le 15/04/2016 08:45   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  261619 visiteurs
  26 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 9 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
9 Abonnés