Blog - Brèves d'eau

Nombre de membres 11 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer Loi et Texte officiels

Déplier Fermer Intercommunalité

Déplier Fermer Brèves d'eau

Déplier Fermer Enquêtes

Déplier Fermer La bande à bonne'eau

Déplier Fermer CACE

Déplier Fermer Trucs & Astuces Eau

Déplier Fermer Vayrana Inf'Eau

Déplier Fermer Ech'eau d'ailleurs

Derniers billets
Archives
03-2019 Avril 2019
L M M J V S D
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
Brèves d'eau

Droit à l'eau potable : nouvelle étape pour la proposition de loi 11/15  -  par Maurice

13 novembre 2015

Droit à l'eau potable : nouvelle étape pour la proposition de loi

9 novembre 2015

La proposition de loi pour le droit à l'eau potable et l'assainissement a enfin été examinée le 4 novembre par la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire de l'Assemblée nationale.

Déposée fin 2013 à l'Assemblée nationale, la proposition de loi visant à la mise en œuvre effective du droit humain à l'eau potable et l'assainissement vient seulement d'être examinée en Commission du développement durable et de l'aménagement du territoire. Laquelle a approuvé au passage plusieurs amendements, essentiellement de forme.

« Le territoire français dispose d'une bonne couverture en desserte en eau potable et en équipement d'assainissement. Pourtant une centaine de milliers de personnes ne disposent pas d'eau potable et ne bénéficient pas d'un équipement d'assainissement. Et un million de ménages ont du mal à payer leur facture d'eau. Il est donc temps d'agir », milite son rapporteur, le député SRC des Côtes-d'Armor Michel Lesage. Il s'agit de faire aboutir cette loi d'ici la fin de la mandature.

Cette proposition a été élaborée dans un esprit collectif, avec l'appui d'associations comme la fondation Danielle Mitterrand-France Libertés, mais aussi de collectivités ayant expérimenté la tarification progressive ou solidaire comme Dunkerque, Niort et Libourne, pionnière girondine dans le domaine. Elle entre aussi en résonance avec l'Initiative citoyenne européenne (ICE) Right2water. Malgré près deux millions de signatures pour que l'eau soit reconnue comme un bien public et un droit humain universel, elle a repris de la vigueur en septembre dernier au Parlement européen.

Points d'eau potable, toilettes et douches publiques gratuites

L'article 2 du texte prévoit que les communes installent et entretiennent des points d'eau potable « répartis de façon équilibrée sur le territoire aggloméré de la commune et destinés à l'accès public, gratuit et non discriminatoire à l'eau potable ». Des toilettes publiques gratuites devront être rendues accessibles à toute personne dans les communes de plus de 3.500 habitants. Et des douches publiques pour les plus démunis dans les communes de plus de 15.000 habitants.

Un centime d'euro par bouteille d'eau

Si le droit à l'eau pour tous fait l'unanimité ce sont les modalités de financement de cette aide qui font débat. « Les aides existantes sont à caractère curatif, reposent sur les territoires, à travers la prise en charge des impayés par les centres communaux d'action sociale (CCAS) ou les fonds de solidarité pour le logement (FSL). L'outil FSL n'a pas de volet Eau dans un quart environ des départements français. Sa gestion est lourde et ses dépenses faibles, de l'ordre de 10 millions d'euros contre 60 millions d'euros pour l'énergie », avance Michel Lesage. Pour assurer le financement d'un nouveau Fonds national de solidarité du droit à l'eau institué par sa proposition de loi, 50 à 60 millions d'euros sont nécessaires.

Après avoir étudié toutes les pistes, il propose que ses recettes soient constituées par une taxe sur la production, la commercialisation d'eau emballée et l'importation de celle destinée à être commercialisée. Cette contribution solidaire serait d'un centime d'euro prélevé sur chaque bouteille d'eau vendue. « Ce mode de financement est innovant et intéressant », défend la députée socialiste des Pyrénées-Atlantiques Martine Lignières-Cassou. Mais gare à ne pas fragiliser ces entreprises de l'eau embouteillée, leurs emplois étant non délocalisables. « Cette taxe impactera forcément leur activité », prévient Guillaume Chevrollier, député de la Mayenne (Les Républicains). « L'impact sur leur chiffre, j'en suis convaincu, sera totalement indolore », défend Michel Lesage. D'autres parlementaires ont souligné que des communes offrent déjà un accès solidaire aux premiers mètres cube d'eau, et qu'une traduction législative de leurs efforts serait bienvenue.

13 novembre 2015

Droit à l'eau potable : nouvelle étape pour la proposition de loi

9 novembre 2015

La proposition de loi pour le droit à l'eau potable et l'assainissement a enfin été examinée le 4 novembre par la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire de l'Assemblée nationale.

Déposée fin 2013 à l'Assemblée nationale, la proposition de loi visant à la mise en œuvre effective du droit humain à l'eau potable et l'assainissement vient seulement d'être examinée en Commission du développement durable et de l'aménagement du territoire. Laquelle a approuvé au passage plusieurs amendements, essentiellement de forme.

« Le territoire français dispose d'une bonne couverture en desserte en eau potable et en équipement d'assainissement. Pourtant une centaine de milliers de personnes ne disposent pas d'eau potable et ne bénéficient pas d'un équipement d'assainissement. Et un million de ménages ont du mal à payer leur facture d'eau. Il est donc temps d'agir », milite son rapporteur, le député SRC des Côtes-d'Armor Michel Lesage. Il s'agit de faire aboutir cette loi d'ici la fin de la mandature.

Cette proposition a été élaborée dans un esprit collectif, avec l'appui d'associations comme la fondation Danielle Mitterrand-France Libertés, mais aussi de collectivités ayant expérimenté la tarification progressive ou solidaire comme Dunkerque, Niort et Libourne, pionnière girondine dans le domaine. Elle entre aussi en résonance avec l'Initiative citoyenne européenne (ICE) Right2water. Malgré près deux millions de signatures pour que l'eau soit reconnue comme un bien public et un droit humain universel, elle a repris de la vigueur en septembre dernier au Parlement européen.

Points d'eau potable, toilettes et douches publiques gratuites

L'article 2 du texte prévoit que les communes installent et entretiennent des points d'eau potable « répartis de façon équilibrée sur le territoire aggloméré de la commune et destinés à l'accès public, gratuit et non discriminatoire à l'eau potable ». Des toilettes publiques gratuites devront être rendues accessibles à toute personne dans les communes de plus de 3.500 habitants. Et des douches publiques pour les plus démunis dans les communes de plus de 15.000 habitants.

Un centime d'euro par bouteille d'eau

Si le droit à l'eau pour tous fait l'unanimité ce sont les modalités de financement de cette aide qui font débat. « Les aides existantes sont à caractère curatif, reposent sur les territoires, à travers la prise en charge des impayés par les centres communaux d'action sociale (CCAS) ou les fonds de solidarité pour le logement (FSL). L'outil FSL n'a pas de volet Eau dans un quart environ des départements français. Sa gestion est lourde et ses dépenses faibles, de l'ordre de 10 millions d'euros contre 60 millions d'euros pour l'énergie », avance Michel Lesage. Pour assurer le financement d'un nouveau Fonds national de solidarité du droit à l'eau institué par sa proposition de loi, 50 à 60 millions d'euros sont nécessaires.

Après avoir étudié toutes les pistes, il propose que ses recettes soient constituées par une taxe sur la production, la commercialisation d'eau emballée et l'importation de celle destinée à être commercialisée. Cette contribution solidaire serait d'un centime d'euro prélevé sur chaque bouteille d'eau vendue. « Ce mode de financement est innovant et intéressant », défend la députée socialiste des Pyrénées-Atlantiques Martine Lignières-Cassou. Mais gare à ne pas fragiliser ces entreprises de l'eau embouteillée, leurs emplois étant non délocalisables. « Cette taxe impactera forcément leur activité », prévient Guillaume Chevrollier, député de la Mayenne (Les Républicains). « L'impact sur leur chiffre, j'en suis convaincu, sera totalement indolore », défend Michel Lesage. D'autres parlementaires ont souligné que des communes offrent déjà un accès solidaire aux premiers mètres cube d'eau, et qu'une traduction législative de leurs efforts serait bienvenue.

Fermer Fermer

Publié le 18/04/2016 23:31   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
Nouveautés du site
(depuis 20 jours)
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  393788 visiteurs
  4 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 11 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
10 Abonnés