Quand tu bois de l'eau, pense à la source !   Vayrana - proverbe oriental

  

"L'eau renversée est difficile à rattraper"   Proverbe chinois

  

"La force de l'eau vient de la source"   Proverbe persan

  

Chacun dirige l'eau vers son moulin"   Proverbe corse

  

"A l'échelle cosmique, l'eau liquide est plus rare que l'or"   Hubert Reeves (astrophysicien)

  

"En buvant l'eau du puits, n'oubliez pas ceux qui l'ont creusé"   Proverbe chinois

  

"Quand on tombe dans l'eau, la pluie ne fait plus peur"   Proverbe russe

  

"Nous ne connaissons la valeur de l'eau que lorsque le puits est à sec"   Proverbe anglais

  

"Il ne faut jamais dire "fontaine, je ne boirais pas de ton eau""   Proverbe français

  

Chacun tire l’eau vers son moulin et laisse à sec son voisin.   Proverbe Catalan

 
Blog - Brèves d'eau

Nombre de membres 9 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer Loi et Texte officiels

Déplier Fermer Intercommunalité

Déplier Fermer Brèves d'eau

Déplier Fermer Enquêtes

Déplier Fermer La bande à bonne'eau

Déplier Fermer CACE

Déplier Fermer Trucs & Astuces Eau

Déplier Fermer Vayrana Inf'Eau

Derniers billets
Archives
10-2018 Novembre 2018
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
Brèves d'eau

La Cour des Comptes critique l'Onema 02/13  -  par Maurice

16 février  2013

La Cour des Comptes critique l'Onema

Actualités

Finances publiques

La Cour des Comptes critique l'Onema

12 février 2013

Le rapport annuel de la Cour des comptes révèle comme chaque année son lot de dysfonctionnements et de gabegie. L’exercice 2013 épingle notamment l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema) dont le dossier a été transmis à la cour de discipline budgétaire et fait l’objet d’une procédure pénale et les stations d’épuration d’Evry et de Corbeil Essonne.

Les critiques sur l’Onema sont nombreuses et sévères malgré les recommandations qu’avait faites la Cour en 2007 lors de la mutation du conseil supérieur de la pêche. Elles pointent « une accumulation de missions mal assurées » et des « déficiences dans l’organisation et la gestion ». Ainsi « l’Onema ne disposait ni des effectifs ni des compétences nécessaires à la coordination des projets informatiques lié au service d’information sur l’eau et de ses propres projets ». La Cour dénonce, et c’est ce qui justifie les suites données, « de nombreuses anomalies dans la passation et l’exécution des marchés informatiques ». En matière de gouvernance, la Cour reproche au ministère de l’Ecologie, la tutelle, de n’avoir pas exercé ses responsabilités puisqu’elle présidait aussi le conseil d’administration de l’Onema. Si on ajoute que les dépenses de personnel ont progressé de plus de 27 % en quatre ans, l’Onema dont l’équipe dirigeante a été remplacée en octobre dernier, a du pain sur la planche pour se conformer aux recommandations formulées. Au-delà de la fiabilisation des comptes et de la mise en place de procédures de contrôle interne, la Cour recommande également à l’Onema de redéfinir les indicateurs de suivi pour mieux analyser son efficacité et d’augmenter significativement la pression de ses contrôles sur des zones à enjeux, en particulier celles touchées par la pollution par les nitrates.

Quant aux stations d’épurations d’Evry et de Corbeil Essonne, c’est l’histoire coûteuse d’une rivalité entre deux collectivités qui ne sont jamais parvenues à s’entendre ni pour construire une seule station d’épuration, ni plus tard pour la mise aux normes des deux installations contigües. Le surcoût dû à l’absence de concertation est évalué à une dizaine de millions d’euros sans compter le surcoût des charges d’exploitations de plus d’un million par an. C’est dire que l’Etat et tous les financeurs publics dont l’agence de l’eau Seine Normandie n’ont pas vraiment réussi à faire prévaloir l’intérêt général sur les intérêts particuliers.

Pour en savoir plus :

Environnement Online pour Environnement Online publié le 12 février 2013

Crédits de l'illustration : DR

16 février  2013

La Cour des Comptes critique l'Onema

Actualités

Finances publiques

La Cour des Comptes critique l'Onema

12 février 2013

Le rapport annuel de la Cour des comptes révèle comme chaque année son lot de dysfonctionnements et de gabegie. L’exercice 2013 épingle notamment l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema) dont le dossier a été transmis à la cour de discipline budgétaire et fait l’objet d’une procédure pénale et les stations d’épuration d’Evry et de Corbeil Essonne.

Les critiques sur l’Onema sont nombreuses et sévères malgré les recommandations qu’avait faites la Cour en 2007 lors de la mutation du conseil supérieur de la pêche. Elles pointent « une accumulation de missions mal assurées » et des « déficiences dans l’organisation et la gestion ». Ainsi « l’Onema ne disposait ni des effectifs ni des compétences nécessaires à la coordination des projets informatiques lié au service d’information sur l’eau et de ses propres projets ». La Cour dénonce, et c’est ce qui justifie les suites données, « de nombreuses anomalies dans la passation et l’exécution des marchés informatiques ». En matière de gouvernance, la Cour reproche au ministère de l’Ecologie, la tutelle, de n’avoir pas exercé ses responsabilités puisqu’elle présidait aussi le conseil d’administration de l’Onema. Si on ajoute que les dépenses de personnel ont progressé de plus de 27 % en quatre ans, l’Onema dont l’équipe dirigeante a été remplacée en octobre dernier, a du pain sur la planche pour se conformer aux recommandations formulées. Au-delà de la fiabilisation des comptes et de la mise en place de procédures de contrôle interne, la Cour recommande également à l’Onema de redéfinir les indicateurs de suivi pour mieux analyser son efficacité et d’augmenter significativement la pression de ses contrôles sur des zones à enjeux, en particulier celles touchées par la pollution par les nitrates.

Quant aux stations d’épurations d’Evry et de Corbeil Essonne, c’est l’histoire coûteuse d’une rivalité entre deux collectivités qui ne sont jamais parvenues à s’entendre ni pour construire une seule station d’épuration, ni plus tard pour la mise aux normes des deux installations contigües. Le surcoût dû à l’absence de concertation est évalué à une dizaine de millions d’euros sans compter le surcoût des charges d’exploitations de plus d’un million par an. C’est dire que l’Etat et tous les financeurs publics dont l’agence de l’eau Seine Normandie n’ont pas vraiment réussi à faire prévaloir l’intérêt général sur les intérêts particuliers.

Pour en savoir plus :

Environnement Online pour Environnement Online publié le 12 février 2013

Crédits de l'illustration : DR

Fermer Fermer

Publié le 18/04/2016 09:11   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  261557 visiteurs
  26 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 9 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
9 Abonnés