Quand tu bois de l'eau, pense à la source !   Vayrana - proverbe oriental

  

"L'eau renversée est difficile à rattraper"   Proverbe chinois

  

"La force de l'eau vient de la source"   Proverbe persan

  

Chacun dirige l'eau vers son moulin"   Proverbe corse

  

"A l'échelle cosmique, l'eau liquide est plus rare que l'or"   Hubert Reeves (astrophysicien)

  

"En buvant l'eau du puits, n'oubliez pas ceux qui l'ont creusé"   Proverbe chinois

  

"Quand on tombe dans l'eau, la pluie ne fait plus peur"   Proverbe russe

  

"Nous ne connaissons la valeur de l'eau que lorsque le puits est à sec"   Proverbe anglais

  

"Il ne faut jamais dire "fontaine, je ne boirais pas de ton eau""   Proverbe français

  

Chacun tire l’eau vers son moulin et laisse à sec son voisin.   Proverbe Catalan

 
Blog - Brèves d'eau

Nombre de membres 9 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer Loi et Texte officiels

Déplier Fermer Intercommunalité

Déplier Fermer Brèves d'eau

Déplier Fermer Enquêtes

Déplier Fermer La bande à bonne'eau

Déplier Fermer CACE

Déplier Fermer Trucs & Astuces Eau

Déplier Fermer Vayrana Inf'Eau

Derniers billets
Archives
10-2018 Novembre 2018
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
Brèves d'eau

Aubagne, la collectivité est co-actionnaire, avec quatre de ses communes, de la SPL L'eau des collines 01/13  -  par Maurice

19 janvier  2013

Aubagne, la collectivité est co-actionnaire, avec quatre de ses communes, de la SPL L'eau des collines

Publié le vendredi 18 janvier 2013

La collectivité est co-actionnaire, avec quatre de ses communes, de la SPL L'eau des collines

0119-01_m.jpg

Magali Giovannangeli préside désormais aussi L'eau des collines, dont la directrice est Béatrice Marthos.

L'eau des collines, une eau publique, devrait couler au robinet des Aubagnais et des Pennois à compter du 1er janvier 2014. Les Cugeois et les Zachariens devront attendre un peu plus, puisque la délégation de service public qui les lie à un prestataire privé, pour la gestion de l'eau, prendra fin en 2017 et 2019. Les quatre communes se sont officiellement unies à l'Agglo, pour devenir co-actionnaires de la société publique locale L'eau des collines, au capital de 800 000 €, dont la mission sera de gérer l'eau sur leur territoire.

Hier, Magali Giovannangeli, au terme du premier conseil d'administration de la toute jeune structure, en a été élue présidente, et a officialisé cette création au cours d'une conférence de presse. "Nous avons l'année qui vient pour travailler, faire en sorte que le conseil d'administration et les techniciens travaillent pour qu'au 1er janvier 2014 on ait une eau qui ne rapporte plus àune multinationale", expliquait la présidente. Car la décision impulsée par l'Agglo depuis de longs mois, largement débattue avec des invités parfois venus d'Amérique latine, lors du Forum mondial alternatif de l'eau, est éminemment politique. "Il ne faut plus laisser les multinationales se gaver sur un bien vital", insistait Magali Giovannangeli, qui n'exclut pas d'aller encore plus loin, par la suite, en instaurant la quasi gratuité d'une quantité minimale d'eau par foyer, comme l'a fait Roquevaire, seule commune de l'Agglo à gérer son eau en régie.

Car la situation, en matière d'eau, sur le territoire, est disparate : Auriol dispose d'une délégation de service public, et les six communes restantes font partie du Sibam (Syndicat intercommunal du bassin minier). La solution juridique de la SPL permettrait donc aux communes de rejoindre la gestion publique si elles le souhaitent, au fil des ans et des échéances des contrats de délégation qui les lient à leur prestataire.

Pierre Coulomb, maire de Saint-Zacharie, a d'ores et déjà fait le choix de la SPL, même s'il se dit très satisfait de la gestion actuelle de son réseau, en DSP. Quant aux élus de Cuges, ils soulignaient hier l'intérêt, pour la collectivité, d'une gestion publique, qui permet à leurs yeux d'exercer un contrôle direct, sur la distribution de l'eau. "Avant nous signions à l'aveugle, là ce sera notre eau", notait Antoine Presutto, adjoint au maire de La Penne-sur-Huveaune.

Reste à savoir ce que l'usager retirera de ce nouveau statut. Magali Giovannangeli l'a assuré hier : le prix de l'eau n'augmentera pas, sous réserve, toutefois, de ce que la collectivité pourrait "découvrir" concernant l'état du réseau. Autrement dit, il faudra faire face, si nécessaire, à d'éventuels travaux d'entretien.

Autre inconnue, les conditions dans lesquelles se fera la sortie de la délégation de service public avec la Société des eaux de Marseille : des négociations sont toujours en cours, entre les collectivités et la Sem.

Une chose est sûre, au 1er janvier 2014, les six agents de la Sem qui assurent aujourd'hui le fonctionnement du réseau, sur le territoire d'Aubagne et La Penne, deviendront agents de la SPL L'eau des collines, au sein d'un service public dédié. "Nous allons récupérer une ingéniérie dont aujourd'hui plus personne n'a de trace dans le service public", revendiquait la présidente de l'Agglo et de la SPL. "C'est une fausse idée de croire que seul le monde privé peut prendre en charge des secteurs d'activités qui nécessitent de la haute technicité. Le service public aussi peut le faire", renchérissait Antoine Di Ciaccio, vice-président de l'Agglo.

La collectivité, en créant la deuxième SPL dans le domaine de l'eau en France, après celle du Ponant, lancée à Brest en avril 2012, pose un acte politique fort, qui devrait faire couler beaucoup... d'encre.

19 janvier  2013

Aubagne, la collectivité est co-actionnaire, avec quatre de ses communes, de la SPL L'eau des collines

Publié le vendredi 18 janvier 2013

La collectivité est co-actionnaire, avec quatre de ses communes, de la SPL L'eau des collines

0119-01_m.jpg

Magali Giovannangeli préside désormais aussi L'eau des collines, dont la directrice est Béatrice Marthos.

L'eau des collines, une eau publique, devrait couler au robinet des Aubagnais et des Pennois à compter du 1er janvier 2014. Les Cugeois et les Zachariens devront attendre un peu plus, puisque la délégation de service public qui les lie à un prestataire privé, pour la gestion de l'eau, prendra fin en 2017 et 2019. Les quatre communes se sont officiellement unies à l'Agglo, pour devenir co-actionnaires de la société publique locale L'eau des collines, au capital de 800 000 €, dont la mission sera de gérer l'eau sur leur territoire.

Hier, Magali Giovannangeli, au terme du premier conseil d'administration de la toute jeune structure, en a été élue présidente, et a officialisé cette création au cours d'une conférence de presse. "Nous avons l'année qui vient pour travailler, faire en sorte que le conseil d'administration et les techniciens travaillent pour qu'au 1er janvier 2014 on ait une eau qui ne rapporte plus àune multinationale", expliquait la présidente. Car la décision impulsée par l'Agglo depuis de longs mois, largement débattue avec des invités parfois venus d'Amérique latine, lors du Forum mondial alternatif de l'eau, est éminemment politique. "Il ne faut plus laisser les multinationales se gaver sur un bien vital", insistait Magali Giovannangeli, qui n'exclut pas d'aller encore plus loin, par la suite, en instaurant la quasi gratuité d'une quantité minimale d'eau par foyer, comme l'a fait Roquevaire, seule commune de l'Agglo à gérer son eau en régie.

Car la situation, en matière d'eau, sur le territoire, est disparate : Auriol dispose d'une délégation de service public, et les six communes restantes font partie du Sibam (Syndicat intercommunal du bassin minier). La solution juridique de la SPL permettrait donc aux communes de rejoindre la gestion publique si elles le souhaitent, au fil des ans et des échéances des contrats de délégation qui les lient à leur prestataire.

Pierre Coulomb, maire de Saint-Zacharie, a d'ores et déjà fait le choix de la SPL, même s'il se dit très satisfait de la gestion actuelle de son réseau, en DSP. Quant aux élus de Cuges, ils soulignaient hier l'intérêt, pour la collectivité, d'une gestion publique, qui permet à leurs yeux d'exercer un contrôle direct, sur la distribution de l'eau. "Avant nous signions à l'aveugle, là ce sera notre eau", notait Antoine Presutto, adjoint au maire de La Penne-sur-Huveaune.

Reste à savoir ce que l'usager retirera de ce nouveau statut. Magali Giovannangeli l'a assuré hier : le prix de l'eau n'augmentera pas, sous réserve, toutefois, de ce que la collectivité pourrait "découvrir" concernant l'état du réseau. Autrement dit, il faudra faire face, si nécessaire, à d'éventuels travaux d'entretien.

Autre inconnue, les conditions dans lesquelles se fera la sortie de la délégation de service public avec la Société des eaux de Marseille : des négociations sont toujours en cours, entre les collectivités et la Sem.

Une chose est sûre, au 1er janvier 2014, les six agents de la Sem qui assurent aujourd'hui le fonctionnement du réseau, sur le territoire d'Aubagne et La Penne, deviendront agents de la SPL L'eau des collines, au sein d'un service public dédié. "Nous allons récupérer une ingéniérie dont aujourd'hui plus personne n'a de trace dans le service public", revendiquait la présidente de l'Agglo et de la SPL. "C'est une fausse idée de croire que seul le monde privé peut prendre en charge des secteurs d'activités qui nécessitent de la haute technicité. Le service public aussi peut le faire", renchérissait Antoine Di Ciaccio, vice-président de l'Agglo.

La collectivité, en créant la deuxième SPL dans le domaine de l'eau en France, après celle du Ponant, lancée à Brest en avril 2012, pose un acte politique fort, qui devrait faire couler beaucoup... d'encre.

Fermer Fermer

Publié le 18/04/2016 07:03   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  265928 visiteurs
  22 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 9 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
9 Abonnés