Quand tu bois de l'eau, pense à la source !   Vayrana - proverbe oriental

  

"L'eau renversée est difficile à rattraper"   Proverbe chinois

  

"La force de l'eau vient de la source"   Proverbe persan

  

Chacun dirige l'eau vers son moulin"   Proverbe corse

  

"A l'échelle cosmique, l'eau liquide est plus rare que l'or"   Hubert Reeves (astrophysicien)

  

"En buvant l'eau du puits, n'oubliez pas ceux qui l'ont creusé"   Proverbe chinois

  

"Quand on tombe dans l'eau, la pluie ne fait plus peur"   Proverbe russe

  

"Nous ne connaissons la valeur de l'eau que lorsque le puits est à sec"   Proverbe anglais

  

"Il ne faut jamais dire "fontaine, je ne boirais pas de ton eau""   Proverbe français

  

Chacun tire l’eau vers son moulin et laisse à sec son voisin.   Proverbe Catalan

 
Blog - Brèves d'eau

Nombre de membres 9 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer Loi et Texte officiels

Déplier Fermer Intercommunalité

Déplier Fermer Brèves d'eau

Déplier Fermer Enquêtes

Déplier Fermer La bande à bonne'eau

Déplier Fermer CACE

Déplier Fermer Trucs & Astuces Eau

Déplier Fermer Vayrana Inf'Eau

Derniers billets
Archives
10-2018 Novembre 2018
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
Brèves d'eau

Non à la marchandisation de l’eau ! 01/13  -  par Maurice

3 janvier  2013

Non à la marchandisation de l’eau !

Non à la marchandisation de l’eau !

Maude Barlow est une juriste et activiste canadienne née en 1947. Les préoccupations sociales de ses parents ont été en partie responsables du choix qu’elle a fait plus tard de s’engager à défendre des idéaux. Elle prend rapidement conscience qu’avec le modèle actuel de mondialisation, tout est à vendre. Les espaces autrefois considérées comme notre patrimoine commun sont marchandisées, commercialisées et privatisées à un rythme alarmant. Aujourd’hui, plus que jamais, cette agression cible les blocs constitutifs de la vie, comme nous la connaissons sur cette planète, notamment l’eau douce, le génome humain, les semences et variétés de plantes, l’air et l’atmosphère, les océans et l’espace extra-atmosphérique. Elle pense que la défense de ces richesses communes est l’une des grandes luttes idéologiques et sociales de notre temps.

Maude Barlow n’est pas tendre avec les responsables politiques qu’elle accuse d’avoir jeté l’éponge devant l’appétit des multinationales dans des secteurs comme la santé, l’éducation, l’environnement… ; pas un domaine où les services publics ne soient menacés et le bien être des citoyens largement remis en question au nom d’une loi économique contre laquelle l’on ne pourrait rien. Au fur et à mesure, les sociétés privées comblent le vide laissé par les pouvoirs publics. Le secteur marchand prend possession de tous les secteurs, le mot « marchandise » remplace celui de « service » et « client » celui « d’usager », et les maitres mots sont rentabilité et dividendes.

Le « Projet Planète Bleue »est le fruit d’un effort international lancé par le conseil des canadiens, dont Maude Barlow est un membre actif, dans le but de protéger l’eau potable, partout dans le monde, de la menace croissante de sa commercialité, et de sa privatisation. Cette ressource vitale ne doit pas devenir une marchandise qu’on vend au plus offrant. L’eau douce appartient à la Terre ainsi qu’à tous les êtres vivants. Personne n’a le droit de s’approprier cette richesse pour en tirer profit. Car la marchandisation de l’eau est une mauvaise solution au point de vue éthique, social et environnemental. On favoriserait ainsi une élite de l’eau qui orienterait la gestion de cette ressource selon ses propres intérêts. Dans un tel scénario, l’eau ne sera plus disponible que pour ceux qui en auront les moyens et plus seulement pour ceux qui en auront besoin.

Maude Barlowmartèle qu’il faut agir très vite, car la marchandisation de « l’or bleu » est déjà rondement menée par les barons de l’eau que sont Veolia, Suez, Bechtel et les autres. C’est pour cela qu’il faut établir le principe que l’eau soit reconnue comme un bien public auquel chacun a droit, et obtenir une convention internationale pour le droit à l’eau. Il y a peu de choses dont on a besoin pour vivre : l’air, la nourriture et l’eau. Il faut donc convaincre et amener à admettre que, comme il n’existe aucun substitut à l’eau, elle est un droit fondamental. Il faut exiger que l’eau propre soit accessible à tous, à un prix raisonnable, c’est-à-dire sur une base non lucrative.

#ed_Related_Box div a {color:#B81014; text-decoration:none !important;font-weight:bold} #ed_Related_Box div a:hover {color:#000 !important; text-decoration:underline !important} Sur le même thème

3 janvier  2013

Non à la marchandisation de l’eau !

Non à la marchandisation de l’eau !

Maude Barlow est une juriste et activiste canadienne née en 1947. Les préoccupations sociales de ses parents ont été en partie responsables du choix qu’elle a fait plus tard de s’engager à défendre des idéaux. Elle prend rapidement conscience qu’avec le modèle actuel de mondialisation, tout est à vendre. Les espaces autrefois considérées comme notre patrimoine commun sont marchandisées, commercialisées et privatisées à un rythme alarmant. Aujourd’hui, plus que jamais, cette agression cible les blocs constitutifs de la vie, comme nous la connaissons sur cette planète, notamment l’eau douce, le génome humain, les semences et variétés de plantes, l’air et l’atmosphère, les océans et l’espace extra-atmosphérique. Elle pense que la défense de ces richesses communes est l’une des grandes luttes idéologiques et sociales de notre temps.

Maude Barlow n’est pas tendre avec les responsables politiques qu’elle accuse d’avoir jeté l’éponge devant l’appétit des multinationales dans des secteurs comme la santé, l’éducation, l’environnement… ; pas un domaine où les services publics ne soient menacés et le bien être des citoyens largement remis en question au nom d’une loi économique contre laquelle l’on ne pourrait rien. Au fur et à mesure, les sociétés privées comblent le vide laissé par les pouvoirs publics. Le secteur marchand prend possession de tous les secteurs, le mot « marchandise » remplace celui de « service » et « client » celui « d’usager », et les maitres mots sont rentabilité et dividendes.

Le « Projet Planète Bleue »est le fruit d’un effort international lancé par le conseil des canadiens, dont Maude Barlow est un membre actif, dans le but de protéger l’eau potable, partout dans le monde, de la menace croissante de sa commercialité, et de sa privatisation. Cette ressource vitale ne doit pas devenir une marchandise qu’on vend au plus offrant. L’eau douce appartient à la Terre ainsi qu’à tous les êtres vivants. Personne n’a le droit de s’approprier cette richesse pour en tirer profit. Car la marchandisation de l’eau est une mauvaise solution au point de vue éthique, social et environnemental. On favoriserait ainsi une élite de l’eau qui orienterait la gestion de cette ressource selon ses propres intérêts. Dans un tel scénario, l’eau ne sera plus disponible que pour ceux qui en auront les moyens et plus seulement pour ceux qui en auront besoin.

Maude Barlowmartèle qu’il faut agir très vite, car la marchandisation de « l’or bleu » est déjà rondement menée par les barons de l’eau que sont Veolia, Suez, Bechtel et les autres. C’est pour cela qu’il faut établir le principe que l’eau soit reconnue comme un bien public auquel chacun a droit, et obtenir une convention internationale pour le droit à l’eau. Il y a peu de choses dont on a besoin pour vivre : l’air, la nourriture et l’eau. Il faut donc convaincre et amener à admettre que, comme il n’existe aucun substitut à l’eau, elle est un droit fondamental. Il faut exiger que l’eau propre soit accessible à tous, à un prix raisonnable, c’est-à-dire sur une base non lucrative.

#ed_Related_Box div a {color:#B81014; text-decoration:none !important;font-weight:bold} #ed_Related_Box div a:hover {color:#000 !important; text-decoration:underline !important} Sur le même thème

Fermer Fermer

Publié le 18/04/2016 06:56   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  261589 visiteurs
  25 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 9 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
9 Abonnés