Quand tu bois de l'eau, pense à la source !   Vayrana - proverbe oriental

  

"L'eau renversée est difficile à rattraper"   Proverbe chinois

  

"La force de l'eau vient de la source"   Proverbe persan

  

Chacun dirige l'eau vers son moulin"   Proverbe corse

  

"A l'échelle cosmique, l'eau liquide est plus rare que l'or"   Hubert Reeves (astrophysicien)

  

"En buvant l'eau du puits, n'oubliez pas ceux qui l'ont creusé"   Proverbe chinois

  

"Quand on tombe dans l'eau, la pluie ne fait plus peur"   Proverbe russe

  

"Nous ne connaissons la valeur de l'eau que lorsque le puits est à sec"   Proverbe anglais

  

"Il ne faut jamais dire "fontaine, je ne boirais pas de ton eau""   Proverbe français

  

Chacun tire l’eau vers son moulin et laisse à sec son voisin.   Proverbe Catalan

 
Blog - Brèves d'eau

Nombre de membres 9 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer Loi et Texte officiels

Déplier Fermer Intercommunalité

Déplier Fermer Brèves d'eau

Déplier Fermer Enquêtes

Déplier Fermer La bande à bonne'eau

Déplier Fermer CACE

Déplier Fermer Trucs & Astuces Eau

Déplier Fermer Vayrana Inf'Eau

Derniers billets
Archives
10-2018 Novembre 2018
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
Brèves d'eau

Le groupe Veolia Environnement approvisionne désormais plus de Chinois en eau que de Français. | 09/12  -  par Maurice

22 septembre  2012

Le groupe Veolia Environnement approvisionne désormais plus de Chinois en eau que de Français. |

LE MONDE | 21.09.2012 Par Cédric Pietralunga, à Tianjin (Chine)

0922-01_m.jpg

Le groupe Veolia Environnement approvisionne désormais plus de Chinois en eau que de Français. |

On se croirait dans une douche géante. Dix-huit tours de refroidissement de vingt mètres de haut, alignées les unes à côté des autres, dans lesquelles 30 000 mètres cubes d'eau circulent en permanence au contact de l'air. Nous sommes à Tianjin, à 150 kilomètres au sud-est de Pékin, l'une des villes les plus polluées de Chine.

C'est ici, dans un parc industriel de un kilomètre sur deux, que Veolia Environnement a installé l'une des vingt-quatre usines de traitement des eaux que le groupe possède en Chine. "Nous travaillons pour une quinzaine de clients, comme Air Liquide ou Shell, pour lesquels nous refroidissons et purifions l'eau qu'ils utilisent", explique Marcel Gaborel, responsable des activités industrielles de Veolia Eau en Chine.

Après des années d'hésitations et d'allers-retours pas toujours fructueux, le groupe français a décidé d'employer les grands moyens dans l'empire du Milieu. "Dans dix ans, nous ferons plus de profits en Chine qu'en France ", assure Antoine Frérot, PDG de Veolia.

 EN CONSTANTE PROGRESSION

Certes, le groupe qu'il dirige n'y réalise encore qu'un chiffre d'affaires modeste - 864 millions d'euros sur les 29,6 milliards engrangés en 2011 -, mais il est en constante progression. "Nous fournissons déjà de l'eau à 43 millions de Chinois contre 26 millions de Français, et ce chiffre a quadruplé en cinq ans. C'est vous dire l'importance de ce pays pour nous", s'est réjoui M. Frérot, lors d'une tournée effectuée fin mai dans le pays et qui l'a mené à Pékin, Tianjin et Shanghaï.

Démarrée au milieu des années 1980, grâce à de petits contrats d'ingénierie décrochés par OTV-Krüger, une filiale danoise de Veolia, l'aventure chinoise du numéro un mondial des services liés à l'environnement a véritablement démarré en 1997, lorsqu'il a obtenu le contrat d'approvisionnement en eau de la ville de Tianjin, 13 millions d'habitants.

Depuis, il a gagné ceux de Shanghaï et de Shenzen, et possède aujourd'hui 113 usines d'eau potable dans le pays. "Nous gérons un réseau de près de 30 000 kilomètres de canalisations", calcule M. Frérot.

"RETARD" CHINOIS

Le traitement des déchets est l'autre axe de développement privilégié par Veolia. Avec vingt-quatre sites (décharges, centrales biomasse, etc.), répartis dans treize villes, la présence de Veolia est encore modeste. Mais elle pourrait très vite prendre de l'ampleur.

"La gestion des déchets toxiques est un sujet majeur pour la Chine, qui ne s'en est préoccupée que tardivement, reconnaît Yan Dingzhong, directeur de l'agence de l'environnement de Tianjin. Nous comptons sur Veolia pour nous aider à rattraper notre retard." Le groupe a été chargé d'ouvrir à Tianjin l'un des trois centres de R & D sur les déchets dangereux dont veut se doter le gouvernement chinois.

"LES AUTORITÉS CENTRALES DU PAYS NOUS APPUIENT"

Au total, Veolia a investi 1,8 milliard d'euros en Chine depuis son arrivée dans le pays. Comme dans l'automobile, le groupe français a été prié de s'associer avec un partenaire local pour chacune de ses filiales. "Mais ça se passe bien, assure Régis Calmels, responsable de la région Asie-Pacifique chez Veolia Environnement. Nous disposons d'un environnement juridique relativement sécurisé et, surtout, les autorités centrales du pays nous appuient."

Le groupe français a, par exemple, obtenu des clauses de revalorisation de ses tarifs dans ses contrats d'approvisionnement en eau. "Nous pouvons augmenter nos prix de 15 % tous les trois ans, afin de suivre l'évolution du niveau de vie de la population chinoise", précise M. Frérot.

La facture d'eau d'un abonné chinois n'est en effet - pour l'instant - que de 15 euros par an, contre 100 euros en moyenne en Europe, alors que sa consommation est déjà aux deux tiers celle d'un Français

22 septembre  2012

Le groupe Veolia Environnement approvisionne désormais plus de Chinois en eau que de Français. |

LE MONDE | 21.09.2012 Par Cédric Pietralunga, à Tianjin (Chine)

0922-01_m.jpg

Le groupe Veolia Environnement approvisionne désormais plus de Chinois en eau que de Français. |

On se croirait dans une douche géante. Dix-huit tours de refroidissement de vingt mètres de haut, alignées les unes à côté des autres, dans lesquelles 30 000 mètres cubes d'eau circulent en permanence au contact de l'air. Nous sommes à Tianjin, à 150 kilomètres au sud-est de Pékin, l'une des villes les plus polluées de Chine.

C'est ici, dans un parc industriel de un kilomètre sur deux, que Veolia Environnement a installé l'une des vingt-quatre usines de traitement des eaux que le groupe possède en Chine. "Nous travaillons pour une quinzaine de clients, comme Air Liquide ou Shell, pour lesquels nous refroidissons et purifions l'eau qu'ils utilisent", explique Marcel Gaborel, responsable des activités industrielles de Veolia Eau en Chine.

Après des années d'hésitations et d'allers-retours pas toujours fructueux, le groupe français a décidé d'employer les grands moyens dans l'empire du Milieu. "Dans dix ans, nous ferons plus de profits en Chine qu'en France ", assure Antoine Frérot, PDG de Veolia.

 EN CONSTANTE PROGRESSION

Certes, le groupe qu'il dirige n'y réalise encore qu'un chiffre d'affaires modeste - 864 millions d'euros sur les 29,6 milliards engrangés en 2011 -, mais il est en constante progression. "Nous fournissons déjà de l'eau à 43 millions de Chinois contre 26 millions de Français, et ce chiffre a quadruplé en cinq ans. C'est vous dire l'importance de ce pays pour nous", s'est réjoui M. Frérot, lors d'une tournée effectuée fin mai dans le pays et qui l'a mené à Pékin, Tianjin et Shanghaï.

Démarrée au milieu des années 1980, grâce à de petits contrats d'ingénierie décrochés par OTV-Krüger, une filiale danoise de Veolia, l'aventure chinoise du numéro un mondial des services liés à l'environnement a véritablement démarré en 1997, lorsqu'il a obtenu le contrat d'approvisionnement en eau de la ville de Tianjin, 13 millions d'habitants.

Depuis, il a gagné ceux de Shanghaï et de Shenzen, et possède aujourd'hui 113 usines d'eau potable dans le pays. "Nous gérons un réseau de près de 30 000 kilomètres de canalisations", calcule M. Frérot.

"RETARD" CHINOIS

Le traitement des déchets est l'autre axe de développement privilégié par Veolia. Avec vingt-quatre sites (décharges, centrales biomasse, etc.), répartis dans treize villes, la présence de Veolia est encore modeste. Mais elle pourrait très vite prendre de l'ampleur.

"La gestion des déchets toxiques est un sujet majeur pour la Chine, qui ne s'en est préoccupée que tardivement, reconnaît Yan Dingzhong, directeur de l'agence de l'environnement de Tianjin. Nous comptons sur Veolia pour nous aider à rattraper notre retard." Le groupe a été chargé d'ouvrir à Tianjin l'un des trois centres de R & D sur les déchets dangereux dont veut se doter le gouvernement chinois.

"LES AUTORITÉS CENTRALES DU PAYS NOUS APPUIENT"

Au total, Veolia a investi 1,8 milliard d'euros en Chine depuis son arrivée dans le pays. Comme dans l'automobile, le groupe français a été prié de s'associer avec un partenaire local pour chacune de ses filiales. "Mais ça se passe bien, assure Régis Calmels, responsable de la région Asie-Pacifique chez Veolia Environnement. Nous disposons d'un environnement juridique relativement sécurisé et, surtout, les autorités centrales du pays nous appuient."

Le groupe français a, par exemple, obtenu des clauses de revalorisation de ses tarifs dans ses contrats d'approvisionnement en eau. "Nous pouvons augmenter nos prix de 15 % tous les trois ans, afin de suivre l'évolution du niveau de vie de la population chinoise", précise M. Frérot.

La facture d'eau d'un abonné chinois n'est en effet - pour l'instant - que de 15 euros par an, contre 100 euros en moyenne en Europe, alors que sa consommation est déjà aux deux tiers celle d'un Français

Fermer Fermer

Publié le 17/04/2016 06:56   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  261602 visiteurs
  31 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 9 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
9 Abonnés