Quand tu bois de l'eau, pense à la source !   Vayrana - proverbe oriental

  

"L'eau renversée est difficile à rattraper"   Proverbe chinois

  

"La force de l'eau vient de la source"   Proverbe persan

  

Chacun dirige l'eau vers son moulin"   Proverbe corse

  

"A l'échelle cosmique, l'eau liquide est plus rare que l'or"   Hubert Reeves (astrophysicien)

  

"En buvant l'eau du puits, n'oubliez pas ceux qui l'ont creusé"   Proverbe chinois

  

"Quand on tombe dans l'eau, la pluie ne fait plus peur"   Proverbe russe

  

"Nous ne connaissons la valeur de l'eau que lorsque le puits est à sec"   Proverbe anglais

  

"Il ne faut jamais dire "fontaine, je ne boirais pas de ton eau""   Proverbe français

  

Chacun tire l’eau vers son moulin et laisse à sec son voisin.   Proverbe Catalan

 
Blog - Brèves d'eau

Nombre de membres 9 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer Loi et Texte officiels

Déplier Fermer Intercommunalité

Déplier Fermer Brèves d'eau

Déplier Fermer Enquêtes

Déplier Fermer La bande à bonne'eau

Déplier Fermer CACE

Déplier Fermer Trucs & Astuces Eau

Déplier Fermer Vayrana Inf'Eau

Derniers billets
Archives
10-2018 Novembre 2018
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
Brèves d'eau

Le retour en gestion publique, suite.. 02/12  -  par Maurice

4 février 2012

Le retour en gestion publique, suite..

Abus contrats léonins, surfacturations… Les usagers sont si nombreux à dénoncer les pratiques-et et les factures- les trois grandes compagnies privées que de nombreux élus ont choisi de revenir à une gestion publique.
Les grandes multinationales de l'eau ( Veolia, Suez, Saur) n'en sont pas encore à boire le bouillon mais elles ont quelques soucis à se faire.

En à peine 10 ans, une cinquantaine de collectivités locales importantes ( Paris, Castres, Rouen, Grenoble, Cherbourg, Digne, départements des Landes...) ont décidé de leur reprendre la gestion de la distribution de l'eau pour la confier à des équipes publiques. Et même si elles ne sautent pas forcément le pas, beaucoup d'autres villes se posent aujourd'hui la question de la "remunicipalisation" au moment du renouvellement de leur contrat. Il faut dire que les élus ont de quoi s'interroger : presque partout où elle existe, l'exploitation publique en régie s'avère plus intéressante pour les usagers que la délégation à des entreprises privées. Ses dernières facturent en effet leur service nettement plus cher (de 20 % à 40 %, il y a 20 ans, d'environ 12 % en aujourd'hui), alors qu'elles fournissent une eau de qualité quasiment comparable. Et qu'elles entretiennent les réseaux de tuyaux avec moins d'empressement et d'efficacité. Ce qui ne les a pourtant pas empêchées de rafler 71 % des parts de marché de la distribution.

Longtemps les trois compagnies ont profité du désintérêt des élus pour ses histoires complexes de tuyaux et de flux. Elles ont également su user d'arguments très convaincants : embauche d'élus ou de membres de leur famille, voyage d'études au soleil, mise à disposition des collectivités locales de fonds importants ( les droits d'entrée ), sans parler du financement occulte à large échelle des partis politiques, dont elles se sont fait une spécialité. Depuis que la loi Sapin en 1993 a prohibé ces pratiques, les associations de consommateurs ont enfin pu décrypter les comptes particulièrement opaques des majors de la flotte et elles ont mis au jour une longue série d'abus : contrats de longue durée qui ligotent les collectivités, surfacturation de service, surdimensionnement des infrastructures, marges astronomiques (près de 60 % à Marseille ou en Île-de-France) et frais pantagruéliques à tous les étages.

Alors que les trois quarts des contrats seront renouvelés d'ici 2015, les géants privés de l'eau seront désormais contraints de revoir leurs prétentions pour pouvoir rester dans la course. Lors des dernières renégociations, ils ont accepté des remises moyennes de plus de 15 % par rapport au contrat précédent pour la distribution de l'eau -c'est le cas par exemple à Lyon - et de 7 % pour l'assainissement. Certaines compagnies ont même été jusqu'à concéder une restitution des sommes trop perçues, comme à Bordeaux. Le match public-privé se joue désormais à armes égales et c'est une excellente nouvelle pour les clients contribuables.

Dominique Foing

4 février 2012

Le retour en gestion publique, suite..

Abus contrats léonins, surfacturations… Les usagers sont si nombreux à dénoncer les pratiques-et et les factures- les trois grandes compagnies privées que de nombreux élus ont choisi de revenir à une gestion publique.
Les grandes multinationales de l'eau ( Veolia, Suez, Saur) n'en sont pas encore à boire le bouillon mais elles ont quelques soucis à se faire.

En à peine 10 ans, une cinquantaine de collectivités locales importantes ( Paris, Castres, Rouen, Grenoble, Cherbourg, Digne, départements des Landes...) ont décidé de leur reprendre la gestion de la distribution de l'eau pour la confier à des équipes publiques. Et même si elles ne sautent pas forcément le pas, beaucoup d'autres villes se posent aujourd'hui la question de la "remunicipalisation" au moment du renouvellement de leur contrat. Il faut dire que les élus ont de quoi s'interroger : presque partout où elle existe, l'exploitation publique en régie s'avère plus intéressante pour les usagers que la délégation à des entreprises privées. Ses dernières facturent en effet leur service nettement plus cher (de 20 % à 40 %, il y a 20 ans, d'environ 12 % en aujourd'hui), alors qu'elles fournissent une eau de qualité quasiment comparable. Et qu'elles entretiennent les réseaux de tuyaux avec moins d'empressement et d'efficacité. Ce qui ne les a pourtant pas empêchées de rafler 71 % des parts de marché de la distribution.

Longtemps les trois compagnies ont profité du désintérêt des élus pour ses histoires complexes de tuyaux et de flux. Elles ont également su user d'arguments très convaincants : embauche d'élus ou de membres de leur famille, voyage d'études au soleil, mise à disposition des collectivités locales de fonds importants ( les droits d'entrée ), sans parler du financement occulte à large échelle des partis politiques, dont elles se sont fait une spécialité. Depuis que la loi Sapin en 1993 a prohibé ces pratiques, les associations de consommateurs ont enfin pu décrypter les comptes particulièrement opaques des majors de la flotte et elles ont mis au jour une longue série d'abus : contrats de longue durée qui ligotent les collectivités, surfacturation de service, surdimensionnement des infrastructures, marges astronomiques (près de 60 % à Marseille ou en Île-de-France) et frais pantagruéliques à tous les étages.

Alors que les trois quarts des contrats seront renouvelés d'ici 2015, les géants privés de l'eau seront désormais contraints de revoir leurs prétentions pour pouvoir rester dans la course. Lors des dernières renégociations, ils ont accepté des remises moyennes de plus de 15 % par rapport au contrat précédent pour la distribution de l'eau -c'est le cas par exemple à Lyon - et de 7 % pour l'assainissement. Certaines compagnies ont même été jusqu'à concéder une restitution des sommes trop perçues, comme à Bordeaux. Le match public-privé se joue désormais à armes égales et c'est une excellente nouvelle pour les clients contribuables.

Dominique Foing

Fermer Fermer

Publié le 16/04/2016 06:34   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  261608 visiteurs
  31 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 9 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
9 Abonnés